L’apatite.

A l’entrée de ce mois de mars annonciateur du printemps, l’apatite s’imposait puisque les sorcières  « … y tenaient beaucoup pour leurs rites de changement et pour modifier des situations qui ne pouvaient pas durer même si elles paraissaient normales ». Vous serez sans doute bien de mon avis pour dire que l’hiver a assez duré et qu’il est temps de passer à autre chose, même si c’est une situation normale!

Photo: www.alittlemarket.com

Photo: www.alittlemarket.com

De composition chimique assez complexe (Ca5(PO4)3(OH,Cl,F), l’apatite a une dureté de 5 sur l’échelle de Mohs et relève du système hexagonal.

Elle possède des aspects et des couleurs variés et fut ainsi longtemps confondue avec des minéraux très divers, sa composition chimique n’ayant été définitivement fixée qu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est de ces confusions qu’elle tient son nom inspiré du grec « apatan » qui signifie tromper. C’est le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner qui l’a baptisée en 1786.

Aux États-Unis, les engrais  dérivés de l’apatite sont utilisés pour compléter l’alimentation de nombreuses cultures agricoles en fournissant une source précieuse de phosphates . Les variétés vertes et bleues, sous forme finement divisée, sont des pigments avec un excellent pouvoir couvrant. Les apatites sont également un matériau hôte proposé pour le stockage des déchets nucléaires , ainsi que d’autres phosphates.

Les roches lunaires collectées par les astronautes pendant le programme Appolo contiennent des traces d’apatite. Une nouvelle analyse de ces échantillons en 2010 a révélé de l’eau piégée dans le minéral, conduisant à des estimations de l’ eau sur la surface lunaire à un taux d’au moins 64 parties par milliard – 100 fois plus que les estimations précédentes – et aussi haut que 5 parties par million. Si la quantité minimale d’eau minérale verrouillée était hypothétiquement convertie en liquide, elle couvrirait la surface de la Lune d’environ un mètre d’eau.

D’un point de vue minéralogique, l’apatite est un groupe de minéraux  incluant l’hydroxylapatite, qui  est le principal  composant  de l’émail des dents et de la dentine et qui  constitue 70% de nos os. L’hydroxylapatite est aussi utilisé en chirurgie réparatrice dans les prothèses osseuses pour favoriser la croissance à l’intérieur des implants prothétiques.

La riche roche d’apatite est aussi la source la plus importante de phosphore dans le monde, qui est largement utilisé dans les explosifs, les feux d’artifice, les pesticides, le dentifrice et les détersifs.

 

Photo: www.wikimedia.org

Photo: www.wikimedia.org

Comme sa formule chimique nous l’indique, l’apatite contient donc du phosphore, élément pour lequel l’apatite est exploitée au niveau industriel, mais aussi du chlore, du fluor et du calcium.

Penchons-nous d’un peu plus près sur le fluor. S’il est toujours considéré comme un bon adjuvant préventif contre les caries dentaires, on sait aujourd’hui qu’à trop forte dose, il peut entraîner une fluorose dentaire et dans les cas les plus graves une fluorose osseuse (maladie des os de verre). C’est la raison pour laquelle son emploi est extrêmement controversé.

Dans le respect des doses prescrites, il est cependant conseillé dans les maladies articulaires, la déformation osseuse, les entorses et la consolidation des os après une fracture.

A utiliser donc, mais sous contrôle et avec modération !

Au niveau des propriétés lithothérapeutiques de l’apatite, il est donc normal de trouver une indication à son emploi dans les cas d’arthrose lombaire et d’ostéoporose, au niveau du squelette et des dents. Certains lui reconnaissent également une action sur le système urinaire, au niveau de la gorge contre les aphonies, les enrouements et les otites.

C’est un bon organisateur de la mémoire cellulaire, elle tempère les proliférations anarchiques.

Elle passe pour calmer les colériques et pour équilibrer les adolescents. Elle contribue à faire sortir les non-dits accumulés. Elle apaise le mal-être émotionnel consécutif à une peine amoureuse. Elle favorise l’autonomie et l’ambition.

Et pour terminer comme j’ai commencé, « les sorcières l’employaient, réduite en poudre, comme un ingrédient fixe de presque toutes leurs recettes magiques, car dans chaque rite, il y avait toujours un évènement, un sentiment ou un état d’âme dont il fallait changer le cours… Elles aidaient les malades qui éprouvaient un réel soulagement grâce à un onguent préparé à base d’huile, de poudre d’apatite et de poudre de corail. Avant de l’utiliser, la sorcière pointait son poignard vers le front et les poignets du malade, puis enduisait ces points avec l’onguent, et le malade ressentait un soulagement immédiat, du moins pendant une partie de la journée. »

Et c’est ainsi que naissent les addictions !