Le saphir.

Le saphir est une variété gemme de la famille des corindons pouvant présenter de multiples couleurs, sauf la couleur rouge qui désigne alors uniquement le rubis

Photo: www.firerock77 - Skyrock.com

Photo: www.firerock77 – Skyrock.com

On trouve donc des saphirs de couleur rose, jaune, orange, violette, verte, ou incolore. La variété bleue est la plus connue. La teinte rose-violacé ou rose-orangé, appelée saphir « Padparadscha » (traduit du cinghalais par « fleur de lotus »), est la plus rare et la plus recherchée.

Photo: Les Pierres de Julie

Photo: www.lespierresdejulie.com

Le saphir tient son nom soit du grec ancien « sappheiros » qui signifie pierre de couleur bleue, soit de l’hébreu « sappir » qui lui signifie la plus belle chose. Personnellement, je penche pour cette seconde origine.

Les saphirs sont constitués de cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3) contenant des impuretés (oxydes) en traces qui leur donnent leur couleur (titane et fer pour le bleu, vanadium pour le violet, chrome pour le rose, fer pour le jaune et le vert). Ils ont une dureté de 9 sur l’échelle de Mohs et relèvent du système cristallin rhomboédrique.

Le saphir peut être traité thermiquement. Les pierres, trop claires, trop sombres ou avec beaucoup d’inclusions, sont chauffées. Ce processus permet de rehausser couleur et clarté en dissolvant les éléments présents à l’état de traces dans la pierre. On peut trouver des saphirs étoilés où l’astérisme est dû à la présence d’inclusions d’aiguilles de rutile cristallisées à 60° ou 120° dans la pierre. Le saphir étoilé est taillé en cabochon. Sous les rayons du soleil apparaît une étoile de 6 branches et plus rarement de 12 branches.

Photo: www.pinterest.com

Photo: www.pinterest.com

Depuis le début du XXe siècle, on sait fabriquer en laboratoire des saphirs et des rubis synthétiques, dont la composition chimique et les propriétés physiques sont les mêmes que celles des pierres naturelles. On peut cependant détecter ces pierres synthétiques par leurs lignes de cristallisation généralement incurvées, du moins pour les productions les plus anciennes.

Pour sa propriété de forte résistance aux rayures, le saphir synthétique est utilisé comme verre de montre ou lentille de caméra, notamment dans les smartphones. La fabrication de saphir synthétique est aujourd’hui au stade industriel.

A travers l’histoire, le saphir symbolise la vérité, la sincérité et la fidélité et il apporte la paix, la joie et la sagesse à son propriétaire. Dans le passé, on croyait aussi que le saphir protégeait contre de mauvais esprits et d’autres créatures répugnantes de la nuit. Les anciens considéraient le saphir étoilé comme un puissant talisman (amulette, s’il n’était pas gravé) protégeant les voyageurs et les chercheurs. Ils étaient si puissants, qu’ils continuaient à protéger le porteur même après avoir été transmis à une autre personne…

En lithothérapie, le saphir, même petit et non taillé  (on n’a pas nécessairement besoin d’une pierre de 15 carats !), présente de nombreuses indications pour le moins intéressantes. Il traite les insomnies, il soulage les migraines, il calme les larmes et évacue les états dépressifs. Il parle à l’ensemble du corps sur le plan cellulaire par le biais de l’ADN. C’est un excellent outil pour se mettre à l’écoute du corps et déceler ce qui ne va pas avant le déclenchement de la maladie. Il constitue donc ainsi un moyen de prévention et de diagnostic. Il fait baisser la tension artérielle et fortifie la thyroïde. Il augmente le niveau de potassium, de magnésium et de calcium dans le corps.

C’est aussi une pierre de patience, de ténacité et de loyauté. Il aide à ressembler ses idées et à les canaliser vers un but. Il atténue les frustrations. Enfin, il procure une inébranlable tranquillité intérieure, il développe les facultés extrasensorielles, l’imagination et la créativité.

Et je terminerai entre une sorcière et une sainte :

«  Les sorcières connaissaient les multiples vertus du saphir et l’employaient pour des exorcismes, en tiraient des poudres, des teintures, des remèdes pour les yeux et le cœur, contre les venins, les fièvres et la goutte. Hildegarde Von Bingen, bénédictine mystique et bienheureuse, connue pour ses dons de prophétie, qui vécut en Allemagne au XIIe siècle, écrivait dans son « Livre des gemmes », à propos des pouvoirs d’exorcisme du saphir : « Si un individu est possédé par un esprit malin, celui qui l’assiste devra enterrer le saphir et mettre la terre dans un morceau de cuir que le possédé portera autour du cou, en prononçant la formule suivante : « De même que la gloire de ta splendeur a disparu brutalement avec ton premier déclin, avec la même rapidité, toi esprit très infâme, abandonne le corps de cet homme. »

 Cherchez tout de même un autre moyen avant d’enterrer votre saphir : je trouve personnellement qu’il mérite mieux que ça !