L’héliodore.

L’héliodore.

L’héliodore fait partie de la grande famille des béryls, dans laquelle elle se retrouve en compagnie des émeraudes, des aigues-marines, des morganites et autres bixbites, en tout cas rien que du beau monde !

Sa dureté sur l’échelle de Mohs est de 7,5 à 8. Elle appartient au système cristallin hexagonal et sa composition chimique est complexe : béryllium bien sûr, aluminium et silicium mais aussi fer, manganèse, magnésium, calcium, chrome, lithium, césium, ces différents composants parfois contenus seulement à des doses très faibles influençant de manière spécifique la couleur de la pierre.

Source: www.salomeosorio.wordpress.com

La couleur la plus courante de l’héliodore est un vert assez doux, avec une gamme chromatique passant presque de l’incolore au jaune doré.

C’est la présence de fer trivalent et d’une toute petite quantité d’oxyde d’uranium qui donne à l’héliodore cette chaude couleur jaune et lui fait alors prendre le nom de béryl doré.

Selon la légende, ces joyaux très nuancés en couleurs que sont les béryls auraient été extraits du trésor des nymphes et portés vers les rivages habités, par des hippocampes.

C’est en Afrique du Sud que l’héliodore prend son nom de « don du ciel » : les indigènes y affirment que la pierre est tombée du ciel avec une pluie de météorites…

Les vieux grimoires proposent des choses encore plus farfelues : «  Prends donc un béryl, grave dessus une corneille et sous ses pattes, un crabe ; puis enferme dessous une petite branche de sabine, un peu du cœur de l’oiseau et ce qu’on appelle l’aphrodite du crabe et porte-le comme tu voudras. (…) Il donne à celui qui le porte le don de plaire, le succès dans les entreprises ; il fait naître l’affection entre ceux qui se marient, ainsi que le parfait accord dans les rapports intimes. » Cité par Elie-Charles Flamand dans « Les pierres magiques ».

Je pense ici que la difficulté majeure ne sera pas de trouver une pierre d’une taille suffisante, mais plutôt un graveur sérieux capable de dessiner un crabe entre les pattes d’une corneille… Pour le reste, pensez à tous les avantages de la combine !

Comme vous l’avez compris, on utilisera l’héliodore en fonction de sa couleur : les plus jaunes seront dynamisantes, directement reliées au plexus solaire. Cela en fera également de bons adjuvants pour traiter les problèmes digestifs (principalement estomac et foie) et de bons stimulants du système immunitaire.

Les pierres plus vertes seront privilégiées pour le plexus cardiaque. C’est là qu’elles donneront toute leur mesure pour nous apprendre une leçon essentielle : nous aimer nous-même, tels que nous sommes !

Sur le plan émotionnel, l’héliodore nous ouvre au monde extérieur, régule l’agressivité, et permet aux personnes trop occupées de gérer leur agenda avec souplesse !

Mais c’est essentiellement au niveau global que l’héliodore va révéler toute sa puissance : c’est la pierre de la conscience supérieure en même tant que du bien-être physique. Comme en plus, elle peut être un aide-mémoire précieux, pourquoi devrait-on s’en priver ???